« Le Mensonge dans lequel nous vivons », une puissante vidéo qui fait actuellement le tour du monde ! Et on comprend pourquoi…

Cette fameuse vidéo, « The Lie We Live » (Le mensonge dans lequel nous vivons) est en train de faire le tour du monde et c’est compréhensible ! Le narrateur y présente pas mal de faits qui ne tournent pas rond dans notre société, de quoi faire réfléchir les plus petits et les plus grands et de quoi nous ouvrir les yeux sur le monde dans lequel nous vivons. Le but de tout être humain est d’atteindre le bonheur, mais à quel prix ? Prenez le temps de partager cette vidéo à vos proches, qu’elle soit vue par le plus de monde possible..

https://www.youtube.com/watch?v=xzAB1bdv6CM

The Lie We Live (En Français)
Version Originale ici : https://www.youtube.com/watch?v=ipe6C…
Sa chaîne: Freshtastical – www.youtube.com/Freshtastical

UFC Que Choisir – Linky – Compteur Linky – « Des risques sanitaires peu probables » [ !!! ]

Compteur Linky« Des risques sanitaires peu probables »
UFC Que Choisir – Publié le : 16/12/2016  – https://www.quechoisir.org/actualite-compteur-linky-des-risques-sanitaires-peu-probables-n23491/

L’expertise de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur les effets sanitaires potentiels des compteurs communicants Linky était très attendue. Elle vient de sortir et devrait rassurer les inquiets.

Face aux inquiétudes que suscite le compteur électrique Linky, la direction générale de la Santé avait chargé l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, d’une expertise visant à évaluer l’exposition de la population aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants et les effets sanitaires potentiels associés.

Cette expertise était très attendue, tant par les élus locaux soumis à la forte pression des militants anti-Linky que par les usagers légitimement inquiets face à ces nouveaux compteurs.

Les consommateurs peuvent être rassurés par l’expertise publiée jeudi 15 décembre. Elle conclut en effet « à une faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants, dans la configuration de déploiement actuelle, engendre des effets sanitaires à court ou long terme ». [Merci ANSES de parler de probabilité… Nous ne sommes pas dans un jeux de grattage. Les mêmes arguments de “probabilité” avaient été dit pour l’amiante, OGM … Comment mesurer les effet à long terme ? Voir les essais sur des émission HF/BF et faible ou fort sur le vivant déjà effectué depuis 1980 => Cancer, Leucémie …]

Que ce soit en champ électrique ou magnétique, précise l’Anses, « les compteurs Linky sont à l’origine d’une exposition comparable à celle d’autres équipements électriques déjà utilisés dans les foyers depuis de nombreuses années » [Une précision, nous ne dormons pas à côté de notre cafetière en fonctionnement ou l’oreille collée à notre box/wifi/mobile. Petite précision, l’émission des hautes fréquences du CPL du Linky se propage le long de tout les câbles électriques, appareil électriques (Lampes de chevet, radio réveil, luminaires …)]. Autrement dit, les compteurs Linky ne présentent pas plus de risques pour la santé que les téléviseurs, les chargeurs d’ordinateur portable ou les tables de cuisson à induction.

Rapport à venir de l’Agence sur l’électrosensibilité

L’Anses note cependant que les objets connectés se multipliant, la question de l’exposition de la population aux champs électromagnétiques doit être anticipée et systématisée avec de nouvelles normes techniques et une information claire et compréhensible fournie aux usagers. Une avancée qui serait précieuse pour les personnes électrosensibles, le rapport à venir de l’Agence sur l’électrosensibilité est également très attendu.

Concernant Linky, on devrait prochainement confirmer avec précision les niveaux d’exposition, déjà reconnus faibles. À la demande de l’Anses, le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) est en train de mener une campagne de mesures en situation réelle. Elle porte à la fois sur l’exposition des usagers aux compteurs électromagnétiques classiques et aux nouveaux compteurs Linky.

Mais quels que soient ses résultats, il y a fort à parier que les militants anti-Linky radicaux ne désarmeront pas, eux qui usent et abusent de la désinformation en accusant même l’UFC-Que Choisir d’être pro-Linky ! Toutes les prises de position de l’association et tous les articles consacrés au sujet dénoncent pourtant sans relâche l’absence d’intérêt de Linky pour les consommateurs, son coût et le risque vis-à-vis de la protection des données personnelles. Sans pour autant inventer des risques pour la santé ou mettre les usagers face à un risque ultérieur de coupure de courant ou de facturation de relevé.

Élisabeth Chesnais
echesnais@quechoisir.org

UFC Que Choisir – Linky – Compteur Linky – Quand l’Ademe idéalise Linky

Compteur Linky – Quand l’Ademe idéalise Linky
UFC Que Choisir – Publié le : 16/09/2016  – https://www.quechoisir.org/actualite-compteur-linky-quand-l-ademe-idealise-linky-n22487/

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), le compteur Linky serait utile au consommateur. Une prise de position étonnante tant ce nouveau compteur électrique présente dans la réalité un intérêt limité.

À croire que l’UFC-Que Choisir et l’Ademe ne parlent plus du même compteur ! Les propos du directeur adjoint Productions et Énergies de l’Ademe rapportés dans la dernière lettre du Médiateur national de l’énergie au sujet du compteur Linky nous plongent en effet dans un océan de perplexité. « Linky va permettre aux consommateurs de mesurer, comprendre, pour économiser », assure l’Ademe. Or justement, c’est un des reproches majeurs que l’UFC-Que Choisir fait au compteur Linky. Contrairement aux promesses du projet initial, il ne permet absolument pas de suivre sa consommation électrique en temps réel. Pour cela, il fallait installer un afficheur déporté dans le logement, mais à l’exception des usagers en situation de précarité énergétique, les ménages n’y ont pas droit, à moins d’y mettre le prix. Suivre sa consommation d’électricité au plus près de ses usages reste donc impossible.

Certes, comme l’affirme l’Ademe, « le consommateur pourra activer gratuitement sur le site web d’Enedis la relève horaire de sa consommation pour aller plus loin que la visualisation par mois ou par jour ». Mais c’est oublier que nombre d’usagers ne sont pas des accros d’Internet, et que beaucoup ont bien autre chose à faire de leurs journées que consulter le site d’Enedis. Et dire qu’à l’origine, dans les groupes de travail, l’Ademe défendait l’afficheur déporté pour tous avec presque autant d’ardeur que l’UFC-Que Choisir !

Option payante

« Le consommateur pourra également, s’il le souhaite, installer des équipements complémentaires connectés à Linky », ajoute l’Ademe, en citant notamment les afficheurs de consommation, et « souscrire à de nouvelles offres tarifaires reflétant davantage la réalité du système électrique, avec plusieurs niveaux de prix les incitant à éviter de consommer pendant les périodes de tension, mais avec des tarifs moindres le reste du temps ». Autant d’éléments que l’Ademe présente comme des « bénéfices » pour les consommateurs, mais qui sont en réalité autant d’inconvénients majeurs du point de vue de leur pouvoir d’achat.

Les équipements complémentaires ? Payants, bien entendu, alors que l’afficheur déporté aurait dû être livré d’office avec Linky pour favoriser les économies d’électricité.

Les différents niveaux de prix ? Assurément utiles pour le système électrique, mais les usagers risquent d’avoir bien du mal à se retrouver dans les multiples offres à venir des différents fournisseurs d’électricité, pas forcément adaptées à leurs usages, et à s’orienter dans cette jungle tarifaire… comme ce fut trop longtemps le cas dans la téléphonie mobile, par exemple.

Élisabeth Chesnais
echesnais@quechoisir.org