Caen. Emplois, salaires… des agents d’Enedis en grève – suppressions d’emploi – Linky
27 juin 2018
Près d’Angers. Les agents d’Enedis en grève pour le service public – suppressions d’emploi – Linky
27 juin 2018

Châteauroux : une quarantaine de salariés d’Enedis en grève pour dénoncer leurs conditions de travail

Publié le 21/06/2018 – France Bleu – https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/chateauroux-une-quarantaine-de-salaries-d-enedis-en-greve-pour-denoncer-leurs-conditions-de-travail-1529588718

Depuis le début du mois de juin, les salariés de plusieurs sites français d’Enedis font grève. Les agents du site Enedis de Châteauroux ont rejoint ce mouvement de blocage ce jeudi 21 juin.

Les agents d’Enedis continuent leur grève. Elle a commencé au début du mois de juin et on compte désormais, trois semaines plus tard, plus de 245 sites bloqués dans toute la France. Le site de Châteauroux a rejoint le mouvement ce jeudi 21 juin. Une quarantaine de salariés a mis en place un blocage filtrant, devant le site Enedis, avenue Pierre de Coubertin.

Ils dénoncent tout d’abord des salaires quasi gelés depuis plusieurs mois. ” Je travaille sur le “20.000 volts”, sous tension donc c’est un métier à risque. Les rémunérations ne suivent pas derrière. Actuellement, je suis à 1.300 euros et je trouve que ce n’est pas énorme “, indique Correia qui travaille à Enedis depuis deux ans.

La prime d’astreinte pourrait être supprimée

Les agents attendent donc une revalorisation de leurs salaires, aussi parce que leurs conditions de travail sont de plus en plus précaires. Il n’y a désormais plus qu’une équipe au lieu de deux pour les interventions “20.000 volts” à Châteauroux. Si un salarié est absent, il ne peut pas toujours être remplacé, à moins de faire appel au personnel d’un autre département. ” A force, ça met les gens sous pression et sous pression, sur 20.000 volts, on n’a pas le droit à l’erreur, ça pourrait être fatal ! “, s’inquiète Correia.

Ce blocage permet aussi de montrer l’opposition du personnel à la suppression de 2.500 postes prévue dans les mois qui viennent sur toute la France. La réforme de l’astreinte qui s’annonce prochainement pose également problème. Il s’agirait désormais de bénévolat et la prime d’astreinte qui se monte à 200 euros par semaine serait supprimée. En cette fin de mois de juin, la direction d’Enedis reste pour l’instant silencieuse à ces revendications.

Par Aurore Richard, France Bleu Berry

Photo : Les salariés ont mis en place un blocage filtrant laissant uniquement entrer et sortir les véhicules destinés aux urgences. © Radio France – Aurore Richard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code