Le site d’Enedis GRDF est bloqué. Les agents de l’antenne de Saint-Flour sont partis manifester à Aurillac – suppressions d’emploi – Linky
27 juin 2018
À la salle des fêtes, le compteur Linky s’est mis à fumer – ladepeche.fr
15 juillet 2018

Enedis Bayeux en grève : « On nous enlève les moyens de travailler »

Publié le 19/06/2018 – actu.fr – https://www.lamontagne.fr/saint-flour/faits-divers/cantal/2018/06/21/saint-flour-les-agents-d-enedis-suivent-le-mouvement_12896203.html

Depuis le jeudi 14 juin 2018, les quinze agents Enedis de l’agence de Bayeux sont en grève reconductible. Comme 250 autres sites en France. Explications.

“EDF [ndlr : donc Enedis] a été vendue au privé en 2004 en annonçant une baisse sur la facture alors que cette libéralisation a entraîné une hausse des prix. Idem pour le gaz. Notre vision du service public est qu’il ne doit pas faire de bénéfices. Mais on rémunère des actionnaires avec les profits d’Enedis. En détruisant le service public, on détruit le dernier lien qui empêchait la pauvreté en France.”
Les gens seront encore plus impactés si l’on disparaît, prévient Yvan Yonnet.

 

Depuis le jeudi 14 juin 2018, la quinzaine d’agents d’Enedis Bayeux, situé rue de la Résistance, bloque le site une heure tous les matins. « Avant la privatisation de l’entreprise en 2004, 70 personnes travaillaient à l’agence de Bayeux. Aujourd’hui nous sommes 15 alors que l’on a récupéré en plus la zone de Villers-Bocage où travaillaient 20 bonhommes », illustre Yvan Yonnet, agent Enedis de Bayeux. Pour lui :

On nous enlève les moyens de travailler. Notre direction démantèle EDF. On a du mal à faire les dépannages quand il y a un problème sur le réseau. On laisse des villages dans le noir du dimanche midi au lundi soir, comme cela a pu arriver à Ryes ou à La Cambe.

« On arrive au point de rupture »

En cas de pépin sur le réseau électrique, Enedis a souvent recours à des entreprises pour dépanner à sa place. « Et en plus, on paie des indemnités de retard », se désole Yvan Yonnet. « Alors on va une énième fois réorganiser le système d’astreinte des agents. Alors que l’on arrive au point de rupture. Ce nouveau système est déjà en test dans l’Est de la France… » Pour l’instant, ce sont ces entreprises qui sont bloquées par le mouvement des agents de Bayeux qui dure une heure chaque matin depuis le jeudi 14 juin 2018.

« On veut interpeller le public, alors on peut tout à fait imaginer d’autres actions. On décide au jour le jour lors d’assemblées générales. 250 sites sont entrés dans ce mouvement de grève national ». La grève, si elle se durcit, pourrait donc toucher directement le grand public :

Les gens seront encore plus impactés si l’on disparaît, prévient Yvan Yonnet. EDF a été vendue au privé en 2004 en annonçant une baisse sur la facture alors que cette libéralisation a entraîné une hausse des prix. Idem pour le gaz. Notre vision du service public est qu’il ne doit pas faire de bénéfices. Mais on rémunère des actionnaires avec les profits d’Enedis. En détruisant le service public, on détruit le dernier lien qui empêchait la pauvreté en France.

Ce que réclame les agents grévistes, c’est la nationalisation des entreprises de l’énergie :

L’énergie est un produit de première nécessité. Il faut retirer ces entreprises des systèmes financiers et les remettre dans le giron du public. Aujourd’hui, on est arrivé très loin de l’égalité de traitement. L’usager de Grandcamp-Maisy doit être servi comme celui de Caen. Si Bayeux disparaît, l’usager caennais sera celui qui sera servi en premier.

Photo : Le mouvement de grève a débuté jeudi 14 juin 2018 à l’agence Enedis de Bayeux (Calvados). (©DR)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code