Ruse d’Enedis: enlever les scellés du compteur pour accuser l’usager de fraudeur et installer un Linky
5 août 2018

Les compteurs changés par des Linky sont revendus à l’étranger d’occasion et non recyclés

Source : L’Orient Jour – https://www.lorientlejour.com/article/1129819/installation-de-compteurs-une-avocate-denonce-un-marche-douteux-et-saisit-la-justice.html
Publié le 13/08/2018 par OLJ

Une avocate libanaise a mis au grand jour un “marché douteux” comme quoi une société libanaise a acheté le 6 février 2018 un million de compteurs à une compagnie française, alors que ces compteurs sont désormais désuets en France et ont été remplacés par un autre type de compteurs (voir l’article de L’Orient Le Jour).

La grande question est : En France, quelle entreprise est capable de fournir 1 million de compteur électrique “désuets” et qui les a “remplacé par un autre type de compteur”?

> ENEDIS bien sûr. L’autre type de compteur ne peut être que le Linky. C’est obligé, car Enedis change toujours les compteurs par le plus ressent qui est actuellement le Linky. Avant on changeait lorsque les compteurs étaient HS, maintenant c’est l’obsolescence programmé la modernisation, l’avancée technologique … a vous de choisir.

Cela s’appel du vol et du recel de vol des collectivités locales au profit d’une entreprise privée qui est la SA ENEDIS (Siret : 44460844213631). En effet, comme le dit si bien Enedis dans ses lettres de menaces/intimidations envoyées aux usagers ne voulant pas du compteur Linky : “Le compteur est la propriété des collectivités locales et ne vous appartient pas” (lettre 1 1/2 et  2/2, lettre 2 1/2 et 2/2). Enedis, le compteur est la propriété des collectivités locales et ne vous appartient pas NON PLUS. Donc cela s’appel du recel de vol punis par la loi de 5 ans de prison et une amende pouvant atteindre la moitié de la valeur des biens concernés, quel que soit ce montant. A moins de me prouver que Enedis à fait un acte de cession envers les collectivité locales ou me fournissant la facture de vente des collectivités locales pour X compteurs. Et que les collectivités locales ont été informé des ventes de leurs compteurs soit disant désaffecté à d’autres entreprises.

 

L’article de L’Orient Le Jour :

Une avocate libanaise a saisi lundi la justice au sujet de la décision du gouvernement de forcer les propriétaires de générateurs privés à installer des compteurs, affirmant qu’un “marché douteux” se cacherait derrière la décision du ministère de l’Economie.

May el-Khansa a envoyé une note d’information au procureur général près la Cour de Cassation, le juge Samir Hammoud,dont la chaîne LBCI s’est procuré une copie.

Dans ce document, l’avocate affirme qu’une société libanaise a acheté le 6 février 2018 un million de compteurs à une compagnie française, alors que ces compteurs sont désormais désuets en France et ont été remplacés par un autre type de compteurs.

May el-Khansa affirme, en se basant sur un “courrier” qu’elle a reçu, que “certains ministres et députés libanais” possèdent des part au sein de la société libanaise en question, sans citer le nom de cette société. Elle affirme également que “un grand conseiller au sein d’une importante administration, et proche d’un influent responsable, serait impliqué dans cette affaire”.

“Si ces informations sont vérifiées, un grand crime serait perpétré à l’encontre du peuple libanais”, estime-t-elle. “Le courrier contient de nombreuses informations qui doivent interpeler la justice afin qu’elles les vérifie”, poursuit-elle.

Le ministre sortant de l’Économie, Raëd Khoury, a mis en garde dimanche les propriétaires de générateurs privés qui ne se conformeront pas à la décision prise par le ministère concernant l’installation de compteurs, affirmant qu’ils encourent des peines allant jusqu’à la prison pour toute infraction.

L’installation de compteurs, requis par le ministère de l’Économie, en coopération avec les ministères de l’Énergie et de l’Intérieur, permettra aux propriétaires de groupes électrogènes privés de facturer aux clients leur consommation réelle d’électricité, au lieu d’un forfait. Le ministre de l’Économie a fixé au 1er octobre la date limite avant laquelle les propriétaires de générateurs devraient avoir installé des compteurs chez l’ensemble de leurs abonnés.
Électricité du Liban (EDL), l’établissement public qui détient le monopole de la production d’électricité, assure moins de deux tiers des besoins du pays. Cette situation a pérennisé la présence des générateurs illégaux, et obligé les Libanais à s’acquitter de deux factures pour avoir du courant toute la journée.

Photo: Un générateur privé pour la production du courant électrique. Photo Mohammad Yassine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code