Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

ASSOCIATION ACTION CITOYENNE ENVIRONNEMENTALE (ACE) HENDAYE – Publié le 16 juillet 2017 par Collectif Chartres de Bretagne
Source : http://ace.hendaye.over-blog.fr/2017/08/pourquoi-est-ce-que-l-on-disjoncte-beaucoup-plus-frequemment-avec-le-compteur-linky.html?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_facebook&utm_campaign=_ob_sharebar_mobile

Nombreux sont les clients d’EDF (ou d’autres fournisseurs d’électricité) qui rencontrent des disjonctions fréquentes après l’installation du compteur Linkyet qui doivent ainsi, augmenter la puissance électrique de leur logement et par conséquent, accroître le coût de leur abonnement, pour ne plus subir ces contraintes répétitives. Explications de ce « phénomène » prévisible.

 

Les schémas qui sont présentés dans ce document, ont volontairement été simplifiés afin de vulgariser le fonctionnement des compteurs électriques et d’expliquer simplement la raison des disjonctions du Linky.

 

1) Enedis (ex eRDF) fournit une puissance électrique exprimée en kVA à chaque habitation, mais les anciens compteurs électriques (électromécaniques ou électroniques) ne connaissent pas cette notion, ils mesurent la puissance en kW.

Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

2) La puissance électrique fournie au logement est donc exprimée en kVA, il s’agit d’une puissance nommée Puissance Apparente (en jaune), mais elle se décompose en deux parties :

– la Puissance Active (en vert), mesurée en kW

– la Puissance Réactive (en rouge), mesurée en kVA

Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

3) C’est aux alentours de 2010 que les fournisseurs d’énergie ont modifié l’unité de mesure de la puissance électrique sur les factures des abonnés afin de préparer « la transition » avec les futurs compteurs/capteurs communicants. Exemple sur une facture de février 2010 indiquant que la puissance de l’abonnement du logement était de 6 kW.

 

Sur la facture suivante, en mars 2010, il est désormais indiqué que l’abonnement souscrit est de 6 kVA. Un petit changement sans incidence à l’époque, car les compteurs ne mesuraient que la Puissance Active (celle en vert), la puissance réactive (en rouge), quant à elle, n’était pas mesurée.

Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

4) Les compteurs électromécaniques ou électroniques mesurent la puissance en kW, ainsi pour ces derniers, il n’y a pas de différence entre le kW et le kVA.

 

En revanche, le compteur/capteur communicant Linky ne se comporte pas de la même manière, contrairement à ce qu’affirme Enedis. En effet, il mesure les trois puissances (active, réactive et apparente). Or la puissance apparente mesurée dépend d’un facteur très important propre à chaque appareil électrique, le cosinus phi (ou facteur de puissance).

Pour information, la puissance active est égale à la puissance apparente multipliée par le cosinus phi.

P (kW) = P (kVA) x cos phi

Le cosinus phi est compris entre 0 et 1, plus il est proche de 1, moins l’appareil utilise de puissance réactive. A l’inverse, plus le cosinus phi est proche de 0, plus l’appareil utilise la puissance réactive et plus cela aura un impact sur la mesure de la puissance par le Linky.

Des appareils composés principalement de résistances, auront un cosinus phi proche de 1 et donc une puissance réactive faible voire inexistante et n’auront alors pas d’incidence sur le comptage du Linky.

En revanche, les appareils disposants de moteurs ou de composants électroniques auront un cosinus phi largement inférieur à 1 et leur puissance réactive sera élevée. L’incidence sur le mode de mesure de la puissance par le compteur Linky sera très importante.

Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

Or, les appareils n’utilisant pas ou presque pas de puissance réactive sont de plus en plus rares (appareils électriques résistifs) :

– ampoules à incandescence (interdites depuis de nombreuses années)

– grille-pain

– cafetière

– radiateur électrique

– minifour à résistance

– fer à repasser d’ancienne génération (sans centrale vapeur)

 

La quasi intégralité des appareils électriques que nous utilisons actuellement consomment de la puissance réactive et pour certains de façon très importante (appareils électriques réactifs) :

– ampoules fluo compactes

– ampoules LED

– machine à laver

– réfrigérateur

– ordinateur

– télévision

– chargeurs d’appareils électriques (téléphones portables, tablettes …)

Bilan, avec le compteur Linky, la puissance réactive va être comptabilisée dans le mode de mesure de la puissance électrique.

Attention à bien faire la différence entre la puissance et la consommation. La puissance est exprimée en kVA ou kW, alors que la consommation est exprimée en kWh.

Si on faisait une comparaison avec la consommation d’un véhicule, la puissance électrique (kVA ou kW) correspondrait à la consommation instantanée de carburant du véhicule alors que la consommation électrique (kWh) correspondrait à la consommation moyenne de carburant sur le parcours.

 

5) Prenons le cas d’un logement individuel ayant un abonnement électrique à 6 kVA et comparons le fonctionnement entre un vieux compteur électromécanique et un compteur Linky.

 

Sur ce schéma simplifié, le tuyau représente la puissance de l’abonnement souscrit, à savoir 6 kVA, mais comme les anciens compteurs ne mesurent que la puissance active (kW), c’est un peu comme si le tuyau représenté était intégralement réservé à la puissance active. Ainsi, avec les anciens compteurs il n’y a pas de différence entre 6 kVA et 6 kW car ils ne mesurent que le kW.

Si le logement ne dépasse pas la puissance de 6 kW, il n’y aura pas de disjonction. La disjonction ne surviendra que si la puissance demandée est supérieure à la puissance souscrite dans l’abonnement. Point important, avec les anciens compteurs électriques, ce n’est pas le compteur qui disjonctera, mais le disjoncteur.

Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

6) Regardons désormais le même logement avec un compteur Linky. Dorénavant, ce n’est plus la puissance active qui est mesurée, mais la puissance apparente (puissance active + puissance réactive).

 

Le tuyau étant le même que précédemment, il y a donc moins de « capacité » pour la puissance active. Une des différences fondamentales entre les anciens compteurs et le nouveau compteur est que le Linky contient un disjoncteur interne.

Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

7) Sur ce schéma, on représente la puissance active (en vert) à laquelle le logement avait le droit avant le Linky, et l’on constate que cette puissance dépasse la capacité autorisée par le Linky car elle doit « partager » la capacité autorisée avec la puissance réactive (en rouge). Tant que le logement n’atteint pas cette capacité de dépassement, il ne se passe rien, mais si le logement puise dans cette capacité, comme il pouvait le faire avant, alors il y a disjonction. Le point important à connaitre est, que le disjoncteur du logement n’est pas à l’origine de la disjonction.

 

C’est le disjoncteur interne du Linky qui provoque la disjonction !

Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

8) Le logement a « dépassé » la capacité autorisée par le compteur Linky, ce dernier provoque une disjonction alors qu’avec l’ancien compteur, il ne se serait rien produit.

Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

Bilan, avec un abonnement identique, la puissance autorisée par le compteur Linky n’est plus la même. Elle est inférieure à celle qui était permise avec les anciens compteurs. La différence dépend du type d’appareils utilisés et de leur mode d’utilisation. Le cosinus phi (facteur de puissance) des appareils électriques aura désormais une importance majeure.

 

Lorsque l’on démonte un compteur Linky, on constate la présence d’un organe de coupure, il s’agit du disjoncteur interne. Enedis peut augmenter ou diminuer à distance son niveau de disjonction en fonction de l’abonnement souscrit. Il est même possible de couper le courant à distance !

Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?
Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?
Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?
Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?
Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

Les médecins mettent en garde contre les compteurs électriques communiquant

Les médecins mettent en garde contre les compteurs électriques communiquant

le 6 févr. 2017
Source : https://www.youtube.com/watch?v=3kA23na9vJs

Les sociétés d’énergie vantent les « Smart Meters », ou compteurs électriques intelligents, une alternative verte, selon elles, qui permet des économies d’électricité par rapport au compteur électrique classique.
www.kla.tv/9892

 

Haut-Rhin : plus de 5 000 signatures contre l’installation des compteurs Linky dans les foyers

Haut-Rhin : plus de 5 000 signatures contre l’installation des compteurs Linky dans les foyers

Fance Bleu – Par Guillaume Chhum, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass dimanche 20 août 2017 à 19:55
Source : https://www.francebleu.fr/infos/societe/haut-rhin-plus-de-5-000-signatures-contre-l-installation-des-compteurs-linky-dans-les-foyers-1503250848

Pendant l’été, la mobilisation compteur contre l’installation des compteurs Linky ne faiblit pas dans le Haut-Rhin. Les associations font circuler des pétitions, elles seront remise le 9 septembre au préfet, à Colmar. Pour l’instant ces pétitions ont rassemblé plus de 5 000 signatures.

Dans le Haut-Rhin, la grogne ne cesse contre l’installation des compteurs Linky, ces compteurs dits intelligents qu’ENEDIS anciennement ERDF, veut installer dans les foyers . Un compteur qui permet de voir directement sa consommation électrique. Les association émettent des doutes sur l’émission des ondes électro-magnétiques potentiellement cancérigènes, la hausse sur les tarifs et une intrusion dans la vie privée des personnes.

Une dizaine de maires opposés à l’installation des compteurs Linky

Le Groupe Santé Colmar fait signer depuis le début de l’été et ce jusqu’au 30 août des pétitions qui ont pour l’instant rassemblé plus de 5 000 signatures. Elles seront remises le 9 septembre en préfecture du Haut-Rhin à Colmar, pour demander au préfet l’arrêt des installations dans les foyers .Un rassemblement est aussi prévu devant la préfecture à 10 heures.

Il y a des problèmes de disjonction, il y a aussi des problèmes avec des personnes qui sont électro-sensibles qui ont des maux de têtes. C’est surtout les risques pour la santé qui nous inquiètent,” Patrick Richardet, du Groupe Santé Colmar

Patrick Richardet, du Groupe Santé Colmar

Pour l’instant, une dizaine de communes haut-rhinoises se sont opposées à l’installation de ces compteurs Linky. Il s’agit entre autre de Eschbach au Val, Freland, Kaysersberg-Vignoble, Lapoutroie, Le Bonhomme, Manspach, Orbey, St Bernard, Sainte-Marie aux Mines, Sausheim ou encore dernièrement, Burnhaupt-le-Bas. Ces communes envisagent de se fédérer, pour mener la fronde anti-Linky ensemble.

A Mulhouse la municipalité a donné son feu vert. A Colmar, l’installation est prévue en 2019.

Ce qui me gêne, c’est qu’on empiète sur la vie privée des gens. On peut augmenter la puissance du compteur, changer le tarif de location, on peut le couper à distance,” Claude Abel, le maire de Sainte-Marie-aux-mines

Plusieurs maires s’opposent au compteur Linky, comme Claude Abel, à Sainte-Marie-aux-mines

Photo : Illustration compteur Linky © Maxppp – Alexandre Marchi