Le «barricadeur» de Linky a enfin eu son procès

Le «barricadeur» de Linky a enfin eu son procès

Publié le 06/09/2018
Source : La Dépêche – https://www.ladepeche.fr/article/2018/09/06/2863482-le-barricadeur-a-enfin-eu-son-proces.html

Après trois renvois, le procès de Gérard Yon, le «barricadeur» de Linky de Lavelanet, a enfin eu lieu au tribunal civil ce mercredi matin. Le délibéré est attendu pour le 9 novembre.

Pendant un temps, la cinquantaine de personnes venues soutenir Gérard Yon a bien cru que l’audience serait une nouvelle fois reportée. L’étonnement de la juge du tribunal civil, désormais en charge de l’affaire après l’abandon des poursuites pénales suite à un classement sans suite, parle de lui-même : «Ah ? Vous êtes prêts ?» Car l’affaire aurait pu s’éterniser encore plus.

Le 11 avril 2017, Gérard Yon a procédé au «barricadage» de compteurs électriques dans quatre propriétés de Lavelanet. Des actions «à la demande des habitants», souligne le cofondateur du collectif «Touche pas à mon compteur 09», qui lui ont valu des poursuites en justice longtemps repoussées. L’affaire aurait ainsi déjà pu être jugée le 8 février, le 4 avril et le 16 mai. Cependant, le fervent opposant aux nouveaux compteurs Linky a tout fait, avec son avocate, pour que le procès ait lieu ce mercredi. «Je n’ai reçu les conclusions d’Enedis que lundi soir après 20 heures», confie son conseil, Me Adeline Parant. «Nous avons travaillé une partie de la nuit et toute la journée pour pouvoir répondre et plaider.»

Plus de 50 personnes assistent au procès

C’est devant une salle entièrement acquise à sa cause, pleine de plus d’une cinquantaine de personnes et de différents médias, que les plaidoiries ont eu lieu. Face à face, deux visions d’un problème si complexe qu’aucun tribunal, instance ou gouvernement n’a pleinement tranché sur la question. Le tout pour 2 783,40 euros de dédommagements demandés par Enedis pour les dégradations réalisées ainsi que le coût de mobilisation des agents. Du côté de l’avocate de Gérard Yon, le préjudice en dommages et intérêts s’estimerait à 14 000 euros pour l’Ariégeois.

Dans ce procès au civil présenté comme un David contre Goliath, le cœur de l’argumentation des deux parties s’est concentré sur l’appartenance au particulier ou non des coffrets qui hébergent les compteurs. Un point essentiel qui pourrait faire jurisprudence dans d’autres affaires. «Ce n’est pas le procès des compteurs Linky mais celui d’un homme, Gérard Yon, qui a démarché des usagers (chose que conteste l’intéressé, N.D.L.R.) pour tenter de les convaincre d’un supposé danger», plaide d’ailleurs Me Céline Nouaille pour le fournisseur d’électricité. «Il a entravé l’action des agents qui œuvrent pour un service public confié à Enedis sur un bien public. On ne peut pas accepter qu’une personne fasse justice elle-même. Elle doit passer par les tribunaux» Pour Me Parant, la problématique de l’appartenance du compteur ne se poserait pas. «Ce coffret appartient au propriétaire. Les citoyens ont le droit de refuser cette pose.» Le conseil va d’ailleurs plus loin en parlant de «légitime défense des biens» et en ajoutant : «Enedis n’a d’ailleurs ni la qualité ni l’intérêt à agir dans cette affaire car le bien ne lui appartient pas.»

Les deux parties se sont chacune appuyé sur des textes de loi, des citations de personnalités politiques, de commissions. Un paquet de mentions que le tribunal devra étudier, analyser, afin de trancher.

«Barricader sans penser être en tort»

Le fameux délibéré est attendu pour le 9 novembre et ne fera pas l’objet d’une séance au palais de justice. Et plus que les quelques milliers d’euros qui se jouent dans cette histoire, Gérard Yon attend une réponse. «Ce serait un élément important dans la reconnaissance de ce fameux barricadage. Les choses se résument à ça. Enedis passe en force en ne respectant pas le refus des gens. Cela conduit les personnes à se protéger, tout simplement. Il faudrait que beaucoup de Français puissent se dire qu’ils barricadent en toute conscience sans penser être en tort.»

Tout l’enjeu d’un délibéré qui pourrait servir de jurisprudence, d’un côté comme de l’autre, dans de nombreuses affaires qui concernent l’opposition aux compteurs Linky.

PEZENAS – La Ville a signé un arrêté pour protéger les foyers de l’installation des compteurs Linky

PEZENAS – La Ville a signé un arrêté pour protéger les foyers de l’installation des compteurs Linky

Publié le 04/10/2018
Source : Herault-tribune – https://www.herault-tribune.com/articles/172076/pezenas-la-ville-a-signe-un-arrete-pour-proteger-les-foyers-de-letrsquo;installation-des-compteurs-linky/

Le compteur Linky est le nouveau compteur électrique d’Enedis prévu pour remplacer progressivement tous les compteurs classiques. Dit « intelligent », il communique des informations à distance et transmet automatiquement les consommations, pannes et fuites éventuelles.

La Ville de Pézenas a signé, mercredi 26 septembre 2018, un arrêté pour protéger les Piscénois de l’installation obligatoire des compteurs Linky dans nos foyers.

Sur le plan national et local plusieurs citoyens et associations ont exprimé leurs doutes quant à l’impact sur la santé, la fiabilité, la confidentialité des données, la maîtrise de la consommation d’énergie, le coût pour le consommateur,…Certains experts ont également émis de sérieux doutes, voire contesté les avantages supposés des compteurs Linky.

Il apparaît indispensable pour la Ville de défendre la liberté de choix des piscénois de refuser ou d’accepter l’accès à leur logement ou propriété de ces compteurs.

La ville de PEZENAS (04-10-18)

Incendie à Montauban : le compteur Linky en est-il à l’origine ?

Incendie à Montauban : le compteur Linky en est-il à l’origine ?

Publié le 17/06/2018
Sources : La Dépêche – https://www.ladepeche.fr/article/2018/06/17/2819622-incendie-montauban-compteur-linky-est-origine.html

Grosse frayeur dans la nuit de ce samedi à ce dimanche pour une famille de la rue Paulette-Ferlin, au nord de la cité d’Ingres. André Jouany, le propriétaire de cette maison, est réveillé peu après 1 heure du matin. «J’ai entendu comme des coups de pétard, j’entendais quelque chose crépiter. Je me suis donc rapproché de la fenêtre et j’ai ouvert les volets. Et là, j’ai vu que des étincelles sortaient de mon compteur d’électricité. J’ai appelé les pompiers immédiatement», raconte l’homme, qui se déplace avec une canne.

Une fois sur place, les soldats du feu parviennent à faire sortir M. Jouany et ses proches de leur maison, et font évacuer leur voisine pour mettre tout le monde en sécurité. Le sinistre se propage ensuite au compteur de gaz de la demeure. Des techniciens de GRDF se rendent donc sur place pour fermer le robinet d’arrivée du réseau situé à l’entrée de la rue. Pendant deux heures, les habitants ne peuvent pas rentrer chez eux. Une fois l’incendie circonscrit, tout le petit monde peut finalement sans risque regagner son habitation.

Installé il y a six ans

Pour André Jouany, il n’y a pas de doute: l’origine du feu vient du compteur Linky. «Il a été installé il y a six ans», explique l’homme dans la matinée, fatigué par cette mésaventure. Pas de doute non plus pour Claude Soufflé, membre du collectif anti-Linky, qui est catégorique. «Cela fait des mois que nous alertons sur la dangerosité de ces compteurs ! Nous prédisons cet accident depuis longtemps, et ça aurait pu être beaucoup plus grave!, assure-t-il. Il ne faut pas équiper les personnes qui n’en veulent pas, tout simplement!» fulmine-t-il encore.

Ce dimanche matin, les techniciens d’Enedis et GRDF ont dû déblayer l’installation, puis la remettre en état pour que les deux maisons, toujours privées de gaz et d’électricité, puissent les retrouver. Tout est rentré dans l’ordre aux alentours de 16 heures, avec des réparations définitives.

«La cause très difficile à identifier» pour Enedis

Enedis reste pour le moment prudente quant à l’origine du sinistre. «Il est très difficile d’identifier la cause exacte du départ de feu. Un problème de connexion a pu arriver dans le compteur, ce qui pourrait expliquer les étincelles et ensuite l’incendie. C’est un cas qui s’est déjà produit, et qui est indépendant d’un fonctionnement de Linky. Mais nous n’en sommes pas sûrs», faisait savoir un cadre de permanence d’Enedis. Le mystère reste entier. Ce compteur Linky, lui, est parti en fumée.

Image : Les techniciens d’Enedis et GRDF étaient à pied d’oeuvre ce matin./ Photo DDM, F.D

Son compteur Linky brûle

Son compteur Linky brûle

Publié le 20/04/2018
Source : La Dépêche – https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/20/2783721-son-compteur-linky-prend-feu.html

C’est une désagréable surprise qu’a eu un Saint-Gaudinois en rentrant chez lui. En effet, son compteur Linky a brûlé et occasionné de nombreux dégâts, heureusement pour lui, à l’extérieur de sa maison.

Le 24 mars dernier, alors qu’il était en week-end, Max Cazaux, a reçu un appel à une heure du matin d’un de ses voisins lui stipulant que son portail était en feu. Arrivé le lendemain, il ne peut que constater les dégâts : «Il y en a pour près de 4 000 € de dégâts. L’automatisme du portail a cramé, le visiophone et le compteur Linky». Ce dernier avait justement été changé le 13 janvier, presque deux mois avant l’incendie. Pour Max, il y a un lien : «Enedis m’a dit que cela ne venait pas du compteur mais on m’a avoué à demi-mot que les gens qui l’installent ne sont pas assez formés».

Contactée, la société Enedis confirme bien que face à l’ampleur des changements de compteurs, elle doit faire appel à des prestataires mais réfute l’hypothèse d’une faute qui incomberait au prestataire ou au compteur lui-même. «Après le passage d’un technicien, nous pouvons dire que la source de l’incendie n’est pas le compteur. Nos prestataires sont formés et ont un outillage adéquat. D’ailleurs, depuis le lancement des compteurs Linky, nous n’avons pas eu plus d’incendies qu’avant. C’est un branchement au compteur qui a pris feu, peut-être un problème d’isolement ou de serrage, en tout cas l’installation électrique n’était pas récente. S’il y avait eu l’ancien compteur, le feu se serait également déclenché.»

Pour Max Cazaux, la confiance dans ces compteurs n’y est plus : «Sans rentrer dans la polémique des ondes dangereuses, je pense qu’ils ne sont pas fiables. Si mon compteur avait été dans ma maison, elle aurait brûlé et peut-être moi avec.»

 

Image : L’emplacement où le compteur Linky a brûlé./ Photo Max Cazaux.